Construction d'un petit réacteur nucléaire à Hainan

par le Quotidien du Peuple en ligne, le 15 juillet 2021

La Chine a lancé le 13 juillet la construction du premier projet commercial de petit réacteur modulaire (SMR) au monde dans la province insulaire la plus méridionale du pays, Hainan. Le projet se trouve sur la centrale nucléaire de Changjiang et utilise la technologie Linglong One (ACP100). Il a été développé par la China National Nuclear Corporation.

Nucléaire: la Chine va mettre en service un petit réacteur

par l'agence Belga , le 14 juillet 2021

La Chine a entamé la construction d'un réacteur nucléaire d'un type nouveau plus facile à concevoir, un SMR, qui sera le premier au monde à entrer en service commercial, a annoncé un média d'Etat.

L’énergie de fusion et la préservation de la biodiversité, en attendant Kunming 2021

par Jean-Paul Yacine, le 2 octobre 2020

Le 25 septembre, le magazine Caixin a fait le point de la participation de la Chine au projet ITER, acronyme anglais de “International Thermonuclear Experimental Reactor“ après le lancement de l’opération d’assemblage du réacteur, le 28 juillet dernier, en présence du Président de la République. Le message du chef de l’État français avait un parfum de rêve. Malgré leurs dissensions, les grands pays de la planète travaillent ensemble pour donner à l’humanité une énergie non carbonée, inépuisable et sans déchets.

La marche forcée de la Chine en faveur du nucléaire

par Claude Fouquet pourLes Echos, le 14 juin 2021

En vingt ans, la Chine a multiplié par dix le nombre de ses centrales nucléaires. Une course dictée par la volonté de tourner le dos au charbon et de s'émanciper de l'Occident. Avec Taishan, Pékin a mis en service le premier réacteur EPR au monde. Et depuis 2020, les premiers réacteurs à eau pressurisée de troisième génération 100 % chinois ont été raccordés au réseau électrique du pays.

"ITER Organization", un projet de fusion nucléaire à échelle internationale

par Jean-Paul Yacine, le 2 octobre 2020

La fusion est la réaction nucléaire qui alimente le Soleil et les étoiles. Potentiellement, c’est une source d’énergie quasiment inépuisable, sûre, et d’un faible impact sur l’environnement. Le projet ITER, pour “International Thermonuclear Experimental Reactor“, a pour objectif de maîtriser cette énergie. Le programme est une étape essentielle entre les installations de recherche qui l’ont précédé et les centrales de fusion productrices d’électricité qui lui succéderont.

Fusion nucléaire : la Chine a allumé son « soleil artificiel »

par Nathalie Mayer pour Futura Sciences, le 7 décembre 2020

Il y a un an, la Chine achevait la construction de son réacteur à fusion nucléaire expérimental, le tokamak HL-2M. Les responsables du projet viennent d'annoncer l'avoir mis en service avec succès. Ils y placent l'espoir de maîtriser enfin une source d'énergie propre.

Le « Soleil artificiel chinois » dépasse les 100 millions de degrés

par Gao Ke et Yishuang Liu, le 16 novembre 2018

 

Le "tokamak supraconducteur avancé expérimental" (Experimental advanced superconducting tokamak, EAST), ou « soleil artificiel chinois », a atteint une température d'électron de plus de 100 millions de degrés dans son plasma central, une étape clé vers le test du réacteur à fusion, a annoncé un laboratoire de la province de l'Anhui (Est de la Chine).