Xixi, le premier parc national de zones humides de Chine

par la rédaction de Xinhua, le 2 février 2021

Le Parc national des zones humides Xixi, situé à la périphérie de Hangzhou, est le premier parc national de zones humides en Chine. D'une superficie totale de 11,5 kilomètres carrés, il a contribué à restaurer l'écologie locale.

Les terres du Tibet sont dans des zones de protection écologique

par la rédaction de Chine Magazine, le 27 janvier 2021

« La région autonome du Tibet a placé près de la moitié de ses terres sous la surveillance écologique la plus stricte », a indiqué Qi Zhala, président du gouvernement régional.

Reboiser avec son smartphone grâce à Ant Forest

par Fan Binbin pour Dialogue Chine-France, le 14 décembre 2020

Comme beaucoup, jamais je n’aurais imaginé que certains gestes anodins du quotidien pouvaient améliorer l’environnement en Chine : marcher et courir, effectuer des paiements avec Alipay, faire du vélo partagé, acheter des billets en ligne ou même se lever tôt pour « voler de l’énergie » à des amis.

La Chine et l'Inde contribuent le plus au verdissement de la Terre

par Bernard Barbeau de Radio-Canada, avec des informations de Robson Fletcher, de CBC News, le 16 février 2019, réactualisé le 10 novembre 2020

Les zones forestières et agricoles couvrent aujourd'hui une plus grande superficie qu'il y a une vingtaine d'années sur l'ensemble de la planète, selon l'étude de données colligées par des satellites de la NASA. Surprise : la Chine et l'Inde, deux pays parmi ceux qui produisent le plus de gaz à effet de serre (GES), sont aussi ceux qui font le plus d'efforts de verdissement.

Shaanxi : le sable millénaire de Maowusu est devenu une oasis

par la rédaction de Beijing Information, le 13 août 2020

S'étendant à travers la province du Shaanxi, de la région autonome de Mongolie intérieure et de celle de Ningxia, le sable de Maowusu est l'un des quatre grands déserts de Chine. Mais aujourd'hui, à travers l'arrière-pays de ce désert, la couleur qui prédomine est le vert. Durant les 70 années de lutte avec le désert, la ville de Yulin, dans la province du Shaanxi, a connu un taux annuel de 1,62 % de taux d'inversion de désertification, et la superficie du sable de Maowusu s'est progressivement réduite. Comment ce témoignage de « l'ère du sable » de 1 200 ans est-il devenu vert ?

La couverture forestière de la Chine va s’améliorer

par la rédaction de Chine Magazine, le 12 juillet 2020

La Chine a atteint 65,8% de son objectif annuel de boisement au cours du premier semestre 2020.

La campagne de la Chine contre la désertification maintient des résultats positifs

par Rachana Gupta1 pour Xinhua et CGTN, le 17 juin 2020

Lancée en 1994, la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse des Nations Unies est célébrée chaque année le 17 juin pour sensibiliser à la lutte contre l'expansion de la désertification dans le monde. La désertification est le processus de dégradation de terres, autrefois fertiles, en zones arides, semi-arides et sub-humides sèches. La principale raison de la désertification est attribuée à la surexploitation et à l'utilisation inappropriée des terres par la déforestation, le surpâturage et les pratiques d'irrigation de qualité inférieure.

Un rideau d'arbres dans la vallée du Yarlung

par Elisabeth Martens, le 12 juin 2020

Quand on parle du Tibet, on imagine des sommets enneigés, des pics innaccessibles et des vastes étendues de Haut plateau où les nomades déplacent leur bétail en transhumance. Que l'agriculture joue un rôle majeur dans l'économie de la Région autonome du Tibet (RAT) ne nous vient pas à l'esprit. Pourtant plusieurs zones du Tibet sont essentiellement agricoles, entre autres, la vallée du Yarlung Zangbo. C'est la région la plus fertile de la RAT, mais elle est confrontée à un grave problème de sécheresse et de désertification.

Reforestation au Ningxia

par Elisabeth Martens, le 5 juin 2020

avec des photos d'Alain Caporossi, secrétaire général de la FAFC de France-Comté

Alain Caporossi a voyagé de nombreuses fois en Chine en tant qu’accompagnateur bénévole de groupes d'étude et de tourisme. En 2005, il a eu l'occasion d'accompagner un groupe d'étude organisé par la FAFC (Fédération des Amitiés franco-chinoises) qui désirait visiter la Région autonome Hui du Ningxia, une région particulièrement aride et pauvre de la Chine. Le groupe a pu constater le résultat de l'énorme programme de reforestation dans le nord de la Chine appelé la « Grande muraille verte ». Ce sont des milliards d'arbres plantés sur une zone qui s'étend tout au long de la frontière avec la Mongolie, recouvre une large bande du désert de Gobi et le désert du Taklamakan.

Un nouveau poumon pour la région de Jing-Jin-Ji ?

par Elisabeth Martens, le 4 juin 2020

En 2070, le projet de la "Grande muraille verte", le plus grand projet de reforestation au monde, devrait être abouti. La "muraille verte" devrait s'étendre sur quelque 4 480 kilomètres de long. Ses objectifs ne sont pas des moindres  : lutter contre la pollution de grandes villes comme Pékin et Tianjin, freiner l’expansion du désert de Gobi et des régions aux alentours, développer une économie plus durable, atténuer les dégâts provoqués par les changements climatiques.